quand-on-tient-on-le-retient

Je poste ça dans culpabilité, hein, évidemment, puisque le message que veut faire passer le gouvernement, c'est que c'est de votre faute si vos amis ou les membres de votre famille meurent sur la route parce qu'ils ont trop bu.

Il s'agit donc de VOTRE responsabilité. VOUS êtes responsables des actes d'un adulte majeur, qui n'est pas sous votre tutelle.

Mais commençons par le commencement : vous avez vu la nouvelle campagne pour la sécurité routière ? Si vous ne l'avez pas vue, regardez-la. Un individu est allongé sur l'asphalte, les secours s'affairent autour de lui, essayant de le ranimer. L'homme est en arrêt cardiaque.

En fond, on entend ce qui s'est passé juste avant le départ de l'homme, au cours de la soirée. Un homme lui demande :

-T'es sûr que t'as pas trop bu ?

On n'entend pas la réponse de l'homme allongé. On ne sait pas s'il répond quelque chose comme "non, non, t'inquiètes pas, ça va aller, je dois aller m'occuper de mes filles", ou "ouiahc t'inuqièter  pas vieux  je sais ssl ceique je fais ". C'est quand même pas la même musique. Mais continuons : un autre homme (un ami, je suppose), lui dit :

- Avec c'que t'as bu, tu devrais pas conduire.

Là ça se précise, visiblement l'homme a trop bu. Enfin, une voix (à priori celle du premier intervenant) dit :

- Ok, si tu crois que tu peux conduire.

Et c'est là, c'est là que le gouvernement pointe du doigt le mauvais citoyen, le mauvais ami, le mauvais frère. Parce que cet homme-là, il n'aurait pas dû dire à un homme majeur qui veut rentrer chez lui "Ok, si tu crois que tu peux conduire", il aurait dû lui dire : "Non, tu ne conduiras pas", quitte à en venir aux mains avec son ami/collègue/frère, il aurait dû lui prendre ses clés, il aurait dû lui crever un pneu, ils auraient dû tous se jeter sur lui et le ceinturer, l'attacher, le ligoter, le baillonner.

Ben oui, parce que pour empêcher quelqu'un qui a trop bu et qui a décidé de rentrer chez lui, de prendre sa voiture, faut pas venir tout seul, et faut venir avec ses poings. Donc, lecteur coupable, sache-le : la prochaine fois que tu es dans ce cas de figure, tu te faches avec les gens, tu leur fous sur la gueule, et si ça marche, tu me fais signe, parce que moi, il y a de ce près de 18 ans, un jour, j'étais chez un ami, et j'avais trop bu, et il a essayé de me retenir.

Il n'a pas réussi, parce qu'un type qui a vraiment trop bu, il n'y a pas moyen de lui dire quoi que ce soit, et je suis parti, et je me suis planté. Seul, sans blesser personne, mais j'aurais pu. Depuis ce jour, je ne prends plus jamais le volant quand j'ai bu, parce que j'ai bien failli mourir, cette nuit-là, mais je peux vous dire que l'ami en question n'aurait JAMAIS pu me retenir.

Je suis résolument pour les campagnes de sécurité routière qui incitent à ne pas prendre le volant en ayant bu, je suis résolument pour la sécurité au volant, mais je suis scandalisé de voir qu'on reporte sur les citoyens la responsabilité des accidents de leurs proches, c'est dégueulasse, et c'est bien facile, on se paye une petite publicité, on reporte sur les citoyens la culpabilité, et c'est réglé, la LCVR (Ligue contre la Violence Routière) est contente, tout le monde est content, le gouvernement a agi, et si les gens continuent de se planter en ayant bu, ce sera de la faute de leur famille ou de leurs amis.

Evidemment, dans certains cas, il est possible de dire à quelqu'un "allez, tu restes dormir ici", mais ce slogan, "Quand on tient à quelqu'un, on le retient", ça veut tout simplement insinuer dans l'esprit des gens que s'ils n'ont pas retenu quelqu'un, c'est qu'ils ne tiennent pas à lui. Par extention, que ça leur est égal qu'il meure.

C'est abject comme raisonnement.

Ah oui, sinon le type dans la campagne à la télévision, il est mort. Juste avant qu'on entende son mauvais citoyen d'ami lui dire :

- T'appelles quand même quand t'es arrivé ? Oublie pas d'embrasser les petites.

Salaud, alors que c'est de sa faute si les petites sont orphelines.