choeur-bertrand-cantat

 

C'est une claque.

Je l'ai reçue ce matin, en découvrant que Bertrand Cantat avait sorti un CD. Ce vendredi 23 décembre 2011. En catimini. Forcément, en catimini. Sans rien dire à personne, Bertrand Cantat renait, il revient sur la scène musicale, avec un album incroyable, qu'il faut écouter très fort, seul, en roulant très vite sur l'autoroute A13.

Je sais, c'est mal.

Ecoutez "Les Mouillages", écoutez "Puisse un vent violent se lever", écoutez "Heureux sont ceux qui du malheur". Et puis écoutez "Bury me now", morceau écrit par Cantat entièrement.

Ecoutez cet album, qui rassemble les choeurs des pièces "Les Trachiniennes", "Antigone" et "Electre" de Sophocle, qui racontent les tragédies de femmes de l'antiquité.

Nombreux sont ceux qui voudraient faire taire Cantat, comme étaient nombreux ceux qui ne voyaient en Churchill qu'un alcoolique, en François Villon qu'un voleur et un assassin, en Rimbaud qu'un marchand d'armes. Cantat n'est ni alcoolique, ni assassin, ni voleur, ni marchand d'armes, Cantat est un homme, un humain, faible et mortel comme tous les mortels, qui a croisé la route du malheur, et qui a connu son goût.

Mais Cantat reste Cantat, talentueux, déchiré sur cet album, et c'est incroyable, on l'imagine démoli par le drame de Vilnius, et il l'est forcément, et voilà qu'il commence à chanter, et sa voix monte, sa voix nous emporte, et on l'entend souffrir, et sa voix est parfaite, elle colle au texte, non, elle ne colle pas au texte, elle le transcende.

Ecoutez l'album.

Je suis sûr que Marie Trintignant, qui nous manque énormément, phénoménalement, qui a laissé derrière elle un trou béant dans le paysage cinématographique français, je suis sûr que Marie Trintignant aurait adoré cet album.

Ecoutez-le, souvenez-vous que Bertrand Cantat, l'homme, a purgé sa peine, et puis pardonnez à l'homme, comme vous pardonneriez à votre fils. Ecoutez la voix. Ecoutez ce talent. Entendez-le. Accordez-lui le droit de revenir nous chanter la douleur, la souffrance, ou l'amour impossible, comme lui seul sait le faire, comme lui seul, peut-être, les connais. A ceux qui demeurent intransigeants, inflexibles, qui croient pouvoir s'ériger en juges, en justiciers, n'oubliez pas qu'à celui qui ne pardonne rien, il ne sera rien pardonné.

Ecoutez le, ici, légalement et gratuitement : http://www.deezer.com/fr/music/bertrand-cantat-bernard-falaise-pascal-humbert-alexander-macsween/choeurs-1370832#